Série « Exil intérieur »

Il serait si tentant de me laisser aller au jeu de la séduction et d’y gagner une place privilégiée dans les bras de femmes auxquelles je n’aurais aucun attachement si ce n’est que celui de contenter mon égo. Si facile de remplir le vide et de créer cette illusion du plein. Ai-je envie de tout ceci ? Oui je le désire, mon corps me le réclame mais je n’y répondrais pas, pas cette fois. Plus maintenant, qu’il a accueilli au fil des ans, ces traces qui ont fait de lui ce que je suis maintenant. Après tous ces moments qui ont permis à mon esprit de s’élever, mon corps demande toujours mais mon âme, plus sage, m’interroge et je lui dois, par respect, de poursuivre mon évolution. Me laisser tenter par la jeunesse, par cet âge où tout est possible et si attrayant. Moi qui en suis maintenant à plus de temps derrière que de temps devant moi. Oui le désir est inextirpable et il domine par ces pulsions qui viennent me rappeler que je vis. Oui, ce courant qui traverse mon corps et qui appartient à une histoire ancienne pourrait me conduire dans les bras enveloppants de femmes de passage, mais, il y a un «mais». Le poids de ce «mais» accable l’équilibre précaire dans lequel je navigue. Trop de «mais» pour feindre et m’envelopper d’une abstraction. De ces blessures en moi et autour de moi j’ai appris, un peu plus de moi, de l’autre et les leçons sont tirées. Aujourd’hui, je pars en exil, c’est mon devoir. Un exil à l’intérieur de moi car je n’ai plus de repère, plus de base sur laquelle m’appuyer, plus de foi. Mon âme est à la dérive et moi, ignorant l’attention qu’il me réclame, je cours à ma perte pendant que mon corps se meurt de vos caresses.