Série « Jusqu’où s’oublier »

Dans la nouvelle série « Jusqu’où s’oublier » qui est en développement j’entrevois ironiquement, l’effacement. S’effacer jusqu’à ne plus être. C’est un questionnement sur des états d’âme mais aussi, sur un ressenti physique et psychologique dont souffrent plusieurs humains et qui seront en continuel questionnement tant qu’ils n’auront pas mis la main sur ce qu’ils sont réellement. C’est l’exploration du corps, de l’esprit qui ne sont pas les siens mais ceux d’un autre qui se logent à sa source. C’est l’expression intérieure du ressenti de l’oubli, de ce besoin viscéral de s’exprimer librement sans jugement. C’est l’ouverture à la réflexion, à la communication et à la communauté.

Une métamorphose physique et/ou psychique du corps et de l’esprit qui se souvient de sa source. Sommes-nous accueillant pour cette diversité belle et bien existante? Quel rapport entretenons-nous avec la différence? Jusqu’où somme-nous ouvert à cette introspection qui pourrait être la nôtre?

 

Voir les cartels