Série « La 54ième avenue »

Qu’il y a t’il de plus mystérieux que d’entrer à l’intérieur de soi par curiosité? Libre d’y entrer ou d’y sortir ce plongeon intérieur ne serait se limiter à être regardé. Il doit m’ouvrir l’horizon et me propulser dans la suite des choses.

C’est suite à mon exposition ayant comme titre «Exil intérieur» en octobre 2017 que je me suis interrogée sur cette dualité qu’est le bien et le mal. À travers ces nouvelles créations dont la «bête» fait figure d’élément central, je propose de vivre ma pleine conscience mais aussi ce que j’aspire à être. Pour cela, il y a un processus de rédemption. C’est l’œuvre face à son créateur prenant à témoin l’Humanité et cherchant, auprès du Divin, une réponse insolite à la question «être ou ne pas être?». L’œuvre n’est plus observée, elle observe sa Vie. Se faisant dos à elle-même, elle se positionne comme un juge jugeant sa raison d’être.

«Le cabinet de curiosités» thématique de la Biennale de l’AQESAP 2017 me permet d’ouvrir une nouvelle porte, celle de la 54ième avenue, qui me conduira elle aussi, sur le chemin qu’est le mien.

Voir les cartels