Triptyque « Mouvement descendant »

Dans le triptyque « Mouvement descendant », je me questionne sur le vieillissement du corps, de cette force que nous devons user pour accepter l’inacceptable c’est-à-dire notre propre disparition. De cette acceptation, nous devons tirer une grande leçon, l’humilité. J’invite l’œil à pénétrer à l’intérieur, à voir au-delà des apparences guidant notre réflexion sur ces textures qui apparaissent et se figent sur le corps pour marquer l’éphémère. Ces traces ne nous quitteront plus car, qu’on l’accepte ou non, vieillir, c’est aussi s’éteindre.

Voir les cartels